I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]
    Cher visiteur,

    Tu viens de pénétrer dans une zone de quarantaine!! Tout le monde peut entrer, mais sortir d'ici est impossible. Ainsi, tu n'as plus d'autre choix que de t'inscrire mais attention !! Les membres de ce forum sont fou, psychopathe et complètement atteint de la cervelle, fan de ship, bizarre... Le staff de ce forum aime le sang, les morts et le sadisme... Cher visiteur, si tu es un minimum drôle et déluré, alors les personnes composant Deathly Hallows sont tes amis!!

    De toute façon tu n'as plus le choix, tu es contaminé, tu es perdu... Tu vas bientôt devenir toi aussi un ADC (Atteint De la Cervelle) et ça ne se guérit pas alors n'attend plus, et inscris-toi."


    On est pas obligé d'être fan d'Harry Potter pour s'inscrire sur ce forum. :-) Laissez nous notre chance, vous verrez qu'on est pas méchant. ̿ ̿̿'̿'̵͇̿̿з=(•̪●)=ε/̵͇̿̿/'̿'̿̿̿ ̿ ̿ ̿



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lukas A. Jones
◊ Collectionneur de Chocogrenouilles ◊
avatar

Masculin Messages : 50
Date d'inscription : 15/07/2011
Gallions : 1

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Jeu 21 Juil - 22:34

Jersey & Lukas ☆




L'assiette s'échappa des mains du jeune homme et s'explosa par terre dans un fracas peu discret. Le jeune serveur se crispa en entendant le bruit que cela avait provoqué. Il resta un instant sans bouger, les yeux fermés comme un enfant attendant la punition de ses parents quand une grosse voix s'éleva derrière lui.

"La dixième que tu casses en trois jours Jones ! Je m'en fout que tu les répare ou non maintenant ce sera retenu sur ta paye!"

Lukas se mordit légèrement la lèvre inférieure en fronçant les sourcils. Il jura dans un murmure, pestant contre sa maladresse. Lukas se frotta les mains sur son jean avant de sortir sa baguette magique. Puis il prononça une formule magique avec un air blasé par le nombre de fois dont il devait recourir a cette même formule ces derniers temps.

Reparo

Les morceaux dispersés de l'assiette se réunirent alors pour reformer l'objet initial. Lukas se baissa, ramassa l'assiette et se dirigea vers le comptoir derrière lequel se tenait son patron. Lukas passa a coté de ce dernier sans rien dire et déposa doucement l'assiette dans un évier.
Lukas gardait un air mécontent, ça lui arrivait beaucoup trop fréquemment ces derniers temps. Les dix assiettes cassées au travail n'étaient rien comparé à tout ce qu'il réduisait en miette dans son propre appartement. Ce n'était pas dans sa nature ou ses habitudes d'être maladroit, au contraire, Lukas a toujours été un garçon très habile. Cependant, ces derniers temps ça n'allait plus. Lukas ne pensait pas à ce qu'il faisait, il avait bien trop souvent la tête ailleur il s'inquiétait pour son fils, comment allait-il, est-ce que tout se passait bien? Et puis il se demandait s'il gagnerait assez avec ce nouveau travail pour subvenir aux besoins de son enfant. Il avait peur de mal faire et de se faire renvoyer.

"Avec le sourire Jones! Tu ne voudrais tout de même pas faire fuir nos clients?"

Lukas ne répondit rien. Un sourire ressemblant plus a une grimace se dessina sur son visage tendu. Il prit un plateau sur lequel étaient disposé cinq bières au beurre et retourna en salle pour les apporter aux clients. Il fit le même sourire faux a chacun en leur déposant leur bière au beurre sur leur table et tous l'ignorait de la même façon, trop absorbé par les conversations qu'ils tenaient entre eux. Une sorcière releva cependant la tête lorsque que Lukas lui déposa sa bière. La femme lui adressa un sourire des plus charmant auquel Lukas se forcit à répondre avant de retourner au plus vite derrière le contoir.
Lukas observa un instant la salle, elle était au trois quart vide... et pour cause, cette tempête qui sévissait faisaient fuir les clients. Qui aime sortir lorsqu'une bonne pluie glacée nous guette si on met le nez dehors?
Le jeune sorcier poussa un léger soupir. Il n'était que quatorze heure et il avait déjà hâte que sa journée se termine. Il allait commencer une nouvelle tâche que son patron venait de lui confier quand la porte du Chaudron Baveur s'ouvrit. Un sourire, franc cette fois, étira légèrement les lèvres de Lukas. Sa collègue venait d'arriver. Cela faisait plusieurs jobs qu'ils se suivaient. Tout deux prêt a prendre presque n'importe quel emploi disponible pour avoir le moindre Gallion. A force, Lukas commençait à accorder de la confiance a la jeune femme. Elle était plus vieille que lui, elle avait un vrai job aussi... Un job qui foutait un peu la frousse à Lukas d’ailleurs. C'était une Auror. C'est peu être pour ça que Lukas s'est toujours montré très prudent en sa présence. Il a toujours fait attention à ce qu'il lui racontait de son passé, car même s'il n'était pas actif, Lukas restait un mangemort malgré tout. Lukas appréciait cette sorcière, mais c'est toujours avec trop peu de naturel qu'il agissait avec elle de peur de voir ce qu'il cachait comme le plus terrible des secrets se dévoiler.
Lukas allait saluer sa collègue quand son patron le rappela brusquement à la tâche.

"Sors de tes pensées Jones ! Tu va finir par être aussi inutile q'un canard en plastique de moldus! Lave moi ces assiettes et t'as pas intérêt a en casser une seule! "

Lukas serra les dents, aujourd'hui le patron n'était pas des plus adorables mais en même temps Lukas ne se montrait pas comme l'employé le plus efficace. Il remonta légèrement ses manches et fit couler de l'eau chaude sur les assiettes. Puis il commença à les laver avec le plus grand soin. Il fit tout de même un sourire qui valait un bonjour à sa collègue.

"Bonne matinée?chuchota t-il lorsque la sorcière l'eut rejoint derrière le comptoir."

Ce que Lukas n'avait pas encore remarqué, mais ce qu'il n'allait pas tarder à observer était la manche de sa chemise blanche qui venait de se prendre un peu d'eau. Lukas ne retroussait jamais vraiment ses manches sinon la marque aurait été visible aux yeux de tous ce qu'il redoutait par dessus tout. Mais ce matin là, Lukas n'avait pas réffléchit, il avait mis cette chemise sans penser que le blanc avec de l'eau avait une facheuse tendance à devenir transparent. Et on pouvait apercevoir à cause de quelques gouttes d'eau sur l'espace d'à peine un centimètre une tâche noire floue qui formait l'extrémité de la marque...


Dernière édition par Lukas A. Jones le Jeu 20 Oct - 21:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10347-lukas-a-jones-nowhere- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10403-lukas-a-jones-nowhere-boy
Jersey H. Sullivan
◊ Hypogriffe à longue langue ◊
avatar

☞ Copyright : Foolish Pleasure & Tumblr
☞ Dispo pour rp : Oui

Féminin Messages : 363
Date d'inscription : 28/11/2010
Gallions : -119635

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Compte principal → Calvin P. Walker

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Ven 22 Juil - 12:21

I still got so many unsaid things that I wanna say



« Le jeudi c'est le jour du courrier. Non pas le seul jour où je reçois du courrier, plutôt l'unique jour de la semaine où je m'y attardais vraiment. Le jeudi, c'est le seul jour de la semaine où je ne travaille pas le matin. Impossible de dormir plus longtemps, trop de choses à faire alors je me levais tôt, comme tout les autres jours et je faisais de la paperasse. D'un côté, il y avait les lettres de papa, maman, et du reste de la famille comme par exemple Travis et Lukas mes frères qui adorent me harceler par courrier lorsqu'ils sont à Poudlard. Mais bon, recevoir des lettres d'eux ne pouvaient pas me faire plus plaisir. Puis il y avait les autres lettres, celles qu'ont lis avec un peu plus appréhension, limite avec un air crispé. Il y avait le loyer, les factures, et j'en passe. Dur la vie d'adulte finalement. J'en arrivais presque à envier les deux derniers Sullivan qui étaient encore à Poudlard, la vie était plus simple là-bas, quand j'étais encore à la charge de mes parents. Mais j'avais tellement soif d'indépendance et de liberté que finalement, je faisais mon possible pour ne pas avoir à demander de l'aide à qui que ce soit. Même si pour cela je devais multiplier les petits boulots..

La matinée était passé finalement à une vitesse hallucinante, trop vite finalement. Je devais maintenant me préparer pour me rendre au Chaudron Baveur. Vous vous souvenez quand je vous ai parlé de ces petits boulots ? Le Chaudron Baveur en faisait effectivement parti, étant donné que j'étais serveuse dans ce bar. Et non, le métier d'auror, aussi exaltant que cela pouvait l'être, ça ne rapportait pas assez pour payer toutes les charges que j'avais à subvenir. Alors bien sûr, être serveuse c'était bien moins amusant mais je ne m'en plaignais pas. Des petits boulots, j'en avais connu des pires. Passer le balai à la tête de Sanglier restait pour moi, une très mauvaise expérience. Sûrement parce-que j'avais fini renvoyé pour avoir craché au visage d'un des clients. Longue histoire.. Alors bon, le Chaudron Baveur avait ses bons côtés finalement. Et puis il y avait Lukas qui y travaillait. Je trouvais ça cool de le croiser à chaque fois que je me faisais engager quelque part, comme si lui et mon on se suivait sans vraiment le vouloir. C'était vraiment quelqu'un de très gentil, je me sentais un peu comme sa mam.. sa grande soeur vous voyez. C'était tout moi de vouloir protéger des gens dont je venais juste de faire la rencontre. Peut-être était-ce le fait d'avoir grandit dans une famille nombreuse qui fait que j'avais moi aussi cet envie qu'il n'arrive rien au personne qui me sont chers. Ou alors c'était peut-être parce-qu'il portait le même prénom que mon petit frère qui avait accélérer les choses. Aucune idée.

En tout cas, si j'accélérais pas le pas, j'allais définitivement arriver en retard au travail. Plus que quelques pas et j'y étais enfin. Mon premier reflex une fois entrée dans le bar, fut d'enfiler mon tablier d'un air presque robotisé comme si j'étais réglé à la minute prêt. Immédiatement, comme presque à chaque fois depuis quelques temps, la première voix qui se fit entendre fut celle de mon patron. Un homme que j'avais bien du mal à encadrer. Sûrement le fait qu'il soit justement mon "supérieur". J'avais comme un problème avec l'autorité. Comme d'habitude, c'était après Lukas qu'il en avait. Apparemment il était trop absorbé par ses pensées pour faire du bon travail. Après tout cela pouvait arriver à tout le monde. La remarque me fit quand même sourire, jusqu'à ce que ce fut finalement à moi qu'il s'adressa. ▬ Hortense, combien de fois je vais devoir te le dire ? Attache moi ces cheveux, je ne veux pas que les clients en retrouvent dans leurs consommations, nom d'une sombral ! Ce n'était pas l'envie de l'envoyer balader qui me manquait. Ne serai-ce parce-qu'il m'avait appelé Hortense et non Jersey. Combien de fois je lui avais déjà dis que je préférais.. Un long soupir s'échappa de ma bouche, rien d'autre. À vrai dire, je tenais à ce travail donc je n'allais pas me faire remarquer une fois de plus. Une fois mes cheveux effectivement attachés, je rejoignais mon collègue derrière le comptoir. De le voir me sourire comme ça, allait savoir ça m'avait presque apaisé. Après tout, je n'étais pas la seule qui avait à le supporter et Lukas le faisait bien mieux que moi. Allait savoir ce qui le rendait aussi à cran en ce moment, peut-être la tempête allait savoir. ▬ Bonne matinée ? m'avait alors chuchoté Lukas.

Je lui aurai sûrement répondu que non, elle n'avait pas été si bonne que ça, que les dettes ne cessaient de se contracter pour me faire vivre un véritable enfer. Que maman était malade à cause de la tempête qui sévissait. Mais rien de tout ça n'arrivait à sortir de ma bouche. La raison ? Mon regard qui fixait sans vouloir s'en détourner le bras droit de mon collègue. J'étais sûrement en pleine hallucination, oui voilà cela devait être ça. Parce-que voir un début de marque de Ténèbres -que je connaissais très bien grâce à mon métier- sur le bras d'un jeune garçon que je considérais comme un ami en plus de cela, c'était improbable pour moi. Mais pas impossible. Je sentais que je n'allais pas tarder à exploser là. Sûrement de colère en plus de cela, donc mieux valait qu'il ne se trouve pas dans les parages lorsque cela allait arriver. Pour l'instant, j'essayais de garder mon calme. Oui c'est ça, il fallait que je respire, que je me calme.. ▬ On fait aller.. avais-je finalement répondue comme si maintenant d'un seul coup je n'avais plus envie de me confier à lui. L'envie me démanger de me saisir de ma baguette.. Non retiens toi Jersey ! ▬ Ta manche est toute trempée Lukas.. et sans me retenir d'avantage, j'avais couru vers l'évier pour finalement retrousser la manche du jeune homme. J'avais donc raison..
»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t8872-jersey-when-you-see-my- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9330-calvin-jersey-archibald-memories http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10175-jersey-if-we-ever-meet-again
Lukas A. Jones
◊ Collectionneur de Chocogrenouilles ◊
avatar

Masculin Messages : 50
Date d'inscription : 15/07/2011
Gallions : 1

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Ven 22 Juil - 14:33

Jersey & Lukas ☆







Une réponse évasive, ça ne lui ressemblait pas. Lukas observa une seconde Jersey, il sentait que quelque chose clochait. Il allait suivre le regard de la sorcière quand celle-ci se précipita vers lui pour lui attraper le bras.

" Ta manche est toute trempée Lukas.. "

Lukas, par réflexe recula. Elle venait d'attraper son bras droit, en réalisant cela, Lukas donna un coup sec pour tenter de se sortir de l'emprise de Jersey, mais ce fut peine perdue. Elle maintenant fermement son poignet et avant qu'il n'ai put faire quoi que ce soit, elle venait de découvrir la marque.
Le regard de Lukas passa de la marque au visage de Jersey. Il était déçut de lui même, il aurait aimé qu'elle ne le sache pas, du moins, pas comme ça.
Profitant de l'effet de surprise que cela avait provoqué, Lukas se dégagea. Il recouvrit sa marque par la manche humide de sa chemise et tourna la tête évitant à tout prix de croiser le regard de Jersey. Il ne voulait pas voir l'expression de dégout qu'elle devait certainement lui adresser désormais.
Le regard de Lukas s'était assombrit. Son visage qui semblait s'être éclairée à l'arrivé de Jersey s'était a présent durcit. Il était énervé contre lui même. Quel idiot était-il en pensant que jamais elle ne s'en apercevrait, qu'il pourrait toujours faire semblant d'être blanc comme neige. Lukas se jugeait lui-même en cet instant comme un crétin égoïste. Jersey était une sorcière brillante, comment avait-il put s'imaginer qu'elle ne s'en apercevrait pas.

Lukas se tourna vers leur patron qui n'avait rien suivit de la scène, trop occupé a tenir les comptes.

« Serait-il possible que je prenne ma pause maintenant? »

Même sa voix était différente. Son ton ne laissait plus place à la négation ou a la critique. Le patron se tourna vers le sorcier, l'observa a peine deux secondes avec de faire un bref signe de tête affirmatif.
Lukas poussa un soupir discret tout en arrachant d'un geste son tablier qu'il laissa tomber sur une chaise.

« Tu ferais mieux d'aller dans la remise Jersey, il n'y a plus de jus de citrouille. »

Lukas n'attendit pas la réaction de l'Auror et se dirigea lui même vers la remise du Chaudron Baveur. Là, ils allaient pouvoir parler, Lukas aurait une chance de s'expliquer. Mais alors qu'il traversait le couloir qui y menait, il s'interrogeait sur l'utilité de cette entrevue. Et si elle ne l'écoutait pas? Et si elle l'emmenait à Azkaban, qui allait s'occuper de son fils? Qu'allait-il lui arriver? Allait-il payer pour des crimes qu'il n'avait jamais voulut commettre?
Personne n'avait laissé le choix à Lukas, depuis sa naissance, aucune décision concernant son avenir ne lui avait été confié.
Il n'avait pas choisit d'être né quelques minutes a peine après son frère, si on lui avait demandé, il serait né avant et aurait eu alors une bien meilleure vie. Il n'était pas responsable de l'indifférence que lui avait témoigné ses parents.
Lorsqu'il est arrivé à Poudlard, il n'a pas choisit d'aller à Gryffondor ce qui a eu pour lourde conséquence sa mise à la porte. Ses parents ont agit dès lors comme si Lukas n'avait jamais existé.
Il n'a pas non plus choisit d'aller vivre chez son oncle et sa tante mangemort qui lui ont organisé sans même connaître son avis la cérémonie qui ferait de lui un des leurs.
Lukas n'était pas l'homme le plus chanceux du monde et pourtant, il était très rare de l'entendre se plaindre sur son sort. Il encaissait les coups, à chaque fois et continuait à vivre du mieux qu'il pouvait.
Ce n'est pas pour autant qu'il était décidé à se laisser faire. Ces évênements lui portaient préjudice mais il n'allait pas se comporter en victime.
Arrivés dans la réserve, Lukas se retourna pour faire face à Jersey. Il était sûr de lui, tant pis s'il échouait et s'il se retrouvait avec un détraqueur comme meilleur ami, au moins, il aurait essayé.

« Avant de me changer en jus de citrouille écoute moi. »

Avant de commencer à s'expliquer, Lukas croisa le regard de Jersey. Il réalisa qu'il ne craignait pas de finir à Azkaban comme il le pensait quelques secondes auparavant , il avait plutôt peur de la décevoir.
Lukas n'accordait que très rarement sa confiance aux gens, et étrangement, il avait inconsciemment fait exactement l'inverse avec Jersey. Il commençait à s'attacher à elle et avait même peur de perdre son amitié.
Devenait-il fou? Certainement, car jamais il ne se serait permis de tenter une explication sur le pourquoi de sa marque. Si d'aventure, ses fréquentations voyaient sa marque et que cela lui portait préjudice, Lukas se contentait de disparaître. Il n'en avait que faire de contact qu'il perdait à cause de ce comportement mais pour une fois, ça avait de l'importance.

« Je ne mérite pas le moindre intérêt. Je n'ai rien fait, je ne sais rien, je n'ai aucun contact avec des partisans qu'ils soient haut placés ou non, je ne suis pas de leur monde. Cette marque est une mésaventure qui me bousille plus la vie qu'autre chose. Je ne te serais d'aucune utilité si tu voulais en dénicher des plus gros. Je suis même sûr qu'ils m'ont oubliés depuis le temps et c'est ce qui est préférable après tout. »

Que dire de plus? Lukas n'en avait pas la moindre idée. Il n'avait jamais eu à se justifier auparavant, il n'aimait pas ça, être en position de faiblesse.
Peut-être en avait-il trop dit, il s'imaginait déjà tout ce qu'on pourrait s'inventer et entendant sa justification...Lukas en arriva très rapidement à la conclusion qu'il ne se serait pas crut lui-même.


Dernière édition par Lukas A. Jones le Ven 22 Juil - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10347-lukas-a-jones-nowhere- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10403-lukas-a-jones-nowhere-boy
Jersey H. Sullivan
◊ Hypogriffe à longue langue ◊
avatar

☞ Copyright : Foolish Pleasure & Tumblr
☞ Dispo pour rp : Oui

Féminin Messages : 363
Date d'inscription : 28/11/2010
Gallions : -119635

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Compte principal → Calvin P. Walker

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Ven 22 Juil - 19:00

I still got so many unsaid things that I wanna say



« Si je m'attendais à ça.. La surprise devait d'ailleurs se lire en ce moment même sur mon visage. Pendant tout ce temps, j'avais été face à un mangemort. Je me sentais trahie, pensant dans un premier temps que pendant tout ce temps il s'était moqué de moi. Depuis notre première rencontre il savait quel métier je faisais, et pourtant il semblait ne pas prendre ça sérieusement. Au fur et à mesure des jobs que nous avions partagés j'avais commencé à lui faire confiance. Enfin bref, Lukas était bien la dernière personne que je suspecterai comme faisant partie de cette vilaine association. Et il était sûrement aussi l'une des dernières personnes contre lesquelles j'avais envie de me battre. La colère m'avait gagné tellement vite que je n'avais pas d'autre choix que de serrer les points pour la contenir et ne pas exploser. Est-ce qu'au moins il s'était aperçu que sa marque était à présent visible ? Apparemment oui, vu la force qu'il venait d'employer pour se détacher de mon emprise, en vain vu toute la force que j'avais déployé pour ne pas lâcher son bras. C'était comme si je n'arrivais plus à en détacher mon regard, comme si je n'en étais pas encore tout à fait convaincue. Il m'avait fallu un temps pour finalement me rendre compte que tout ceci était vrai, j'avais donc lâché d'un air de dégout la main de celui que je considérais auparavant comme un ami. Mais maintenant, cela ne pouvait plus être le cas. Impossible pour moi d'être amis avec l'un des partisans de Voldemort. Non je n'ai pas peur de prononcer son nom, il n'y a que les faibles qui en ont peur.

Pendant que des milliers de pensées venaient de traverser mon esprit, et pas des pensées des plus positives, Lukas en avait profité pour filer. C'était bien digne d'un partisan du Lord ça. Mais comment lui en vouloir, vu comment je m'étais montrée brusque d'un seul coup. Enfin je n'allais pas compatir non plus, il m'avait menti et en plus de ça il représentait maintenant ce que je détestais le plus au monde. Alors que quelques minutes auparavant, je lui faisais face en lui souriant. J'étais restée quelques instants appuyée contre l'évier, hésitant à plusieurs reprises à taper dedans histoire de me défouler et d'évacuer ma colère, mais finalement je ne fit rien. Le jeune homme venait lui demander sa pause, cela m'étonnait qu'il ne soit pas encore parti en courant dans le but de me fuir. En même temps j'aurai été d'autant plus déçu si cela avait été le cas. Mon visage semblait désormais sans vie, je ne savais plus trop quoi penser. Comme si cette révélation avait eu le don de me choquer au plus au point. Au fond, je ne le connaissais pas depuis si longtemps que ça après tout. Mais je pensais que nous étions assez proche pour être honnête l'un envers l'autre. Je réalisais finalement que je m'étais trompé, que je n'aurai pas du lui faire confiance comme j'avais pu le faire. ▬ Tu ferais mieux d'aller dans la remise Jersey, il n'y a plus de jus de citrouille. C'était encore lui qui venait de s'adresser à moi ? Comme si rien de tout cela ne venait de se passer ? Sur le coup je n'avais pas compris. Peut-être encore trop bouleversée. Mais voyant que de toute manière, le patron semblait en accord avec les paroles du brun, je m'étais donc dirigé de force dans la remise. C'est là que je comprenais qu'il voulait me parler. Il m'en devait des explications après tout, mais je n'étais pas sûre de vouloir les entendre. Qu'est-ce que je pouvais être bornée des fois !

Que les choses soient clair. Dès qu'il s'agit de mangemort, je deviens de suite assez irritable. Ce n'était pas un sujet sensible pour moi, non j'en parlais souvent. Mais ces êtres avaient le don de m'énerver au plus haut point. Jamais je ne comprendrai pourquoi des personnes comme Lukas avaient pu rejoindre cette organisation qui sans scrupule retiraient la vie à des innocents. Lydie, elle n'avait rien fait de mal et pourtant ils l'avaient tué, sans aucun remord. Rien que d'y penser, je sentais la rage me montait, tellement que j'en avais sortit ma baguette magique et prit un air qui faisait sûrement peur à celui auquel il était adressé. Rien que de repenser à ce qui était arrivée à ma grande sœur, cela me mettait dans un état comme ça. Je m'étais jurée de leur faire payer ce qu'ils avaient fait endurer à ma famille. Voilà pourquoi tout de suite après avoir quitté Poudlard j'avais commencé mon apprentissage d'Auror. Je ne sais pas ce qui me retenait à ce moment même de le stupefixer, de l'envoyer tout droit à Azkaban comme tout les autres, ou bien de lui faire la peau. Peut-être que je le voyais encore comme un ami et non comme un ennemi... Ce qui lui laissait donc le temps de s'expliquer.

▬ Je ne mérite pas le moindre intérêt. Je n'ai rien fait, je ne sais rien, je n'ai aucun contact avec des partisans qu'ils soient haut placés ou non, je ne suis pas de leur monde. Cette marque est une mésaventure qui me bousille plus la vie qu'autre chose. Je ne te serais d'aucune utilité si tu voulais en dénicher des plus gros. Je suis même sûr qu'ils m'ont oubliés depuis le temps et c'est ce qui est préférable après tout. Combien de fois avais-je eu droit à ce genre de discours. Combien de fois cela ne s'était révélé être que de simples mensonges. On a plus de remords lorsqu'on ment lorsque l'on fait bien pire de toute façon. J'étais encore plus énervée, incapable de croire de telles phrases parce-que dans le passé j'avais déjà eu affaire à ces mangemorts qui mentent afin de sauver leur peau. Il y en avait même qui faisait semblant d'être de leur côté, ceux là c'étaient les pires. En même temps, je préférais qu'ils me disent qu'il n'avait rien à voir avec eux, qu'ils me répondent qu'il avait tués des tas d'innocents et qu'ils aimaient ça. Mais comment être sûr de son honnêteté ? Rapidement, j'en étais venue à fermer la porte de la remise afin que personne n'assiste à ce qui allait se passer. Je tenais fermement ma baguette dans ma main droite tout en me dirigeant vers Lukas d'un air plus que menaçant. Je n'allais pas non plus lui sourire, il ne le méritait pas. D'un seul coup, je l'avais poussé violemment contre le mur ne faisant même pas gaffe à l'endroit où il venait en quelque sorte d'atterrir. Ma baguette était dirigée droit vers lui, c'était comme si j'allais procéder à un interrogatoire. C'était d'ailleurs le cas. ▬ Tu crois qu'on ne me l'a jamais fait ce coup là ? Tu penses que je suis idiote à ce point ? Je ne te crois pas ! avais-je chuchoté droit dans son oreille histoire de ne pas trop attirer l'attention vers la remise. ▬ Ce sont des gens comme toi qui tuent des innocents chaque jour, ce sont des salauds comme tes amis qui ont tués ma sœur ! Cette fois-ci, j'avais parlé bien plus que fort que précédemment, mais involontairement. La mort de ma soeur restait un sujet sensible. Je ne savais pas quoi faire, ce n'était pas l'envie de lui jeter un sortilège en pleine face qui me manquait. Si je pouvais être très gentille, je pouvais aussi me montrer très méchante, il n'avait encore rien vu Lukas.
»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t8872-jersey-when-you-see-my- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9330-calvin-jersey-archibald-memories http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10175-jersey-if-we-ever-meet-again
Lukas A. Jones
◊ Collectionneur de Chocogrenouilles ◊
avatar

Masculin Messages : 50
Date d'inscription : 15/07/2011
Gallions : 1

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Ven 22 Juil - 20:03

Jersey & Lukas ☆






Lukas se laissa pousser contre le mur sans rechigner, enfin il aurait peut-être réagit s'il avait sut le mal de dos que le choc allait lui causer. Qu'est-ce qu'il s'imaginait? Que le mur serait en mousse?
Sombre idiot... c'est exactement ce que Lukas pensait de lui même à cet instant. Il se massa un peu son crane qui venait d'heurter le mur avant de refaire face à Jersey, ou plutôt à sa baguette.
Lukas ne prit pas la peine de sortir sa propre baguette, il savait bien que cela aurait été inutile et puis, premièrement: il ne voulait pas se battre avec Jersey et deuxièmement sortir sa baguette serait comme engager le combat ou serait au moins une preuve de résistance que l'Auror n'apprécierait sans doutes pas...
Le sorcier déglutit doucement mais garda le plus grand calme. Ses traits ne trahissait pas l'angoisse qu'il ressentait. Il ne pouvait regarder Jersey dans les yeux.

" Tu crois qu'on ne me l'a jamais fait ce coup là ? Tu penses que je suis idiote à ce point ? Je ne te crois pas ! Ce sont des gens comme toi qui tuent des innocents chaque jour, ce sont des salauds comme tes amis qui ont tués ma sœur ! "

Oui, Lukas l'avait deviné, personne n'aurait put le croire tellement son semblant d'argumentation était pitoyable. Lukas fermait un instant ses yeux et pesta a nouveau contre lui. Pourquoi avait-il prit le risque de côtoyer une Auror? C'était se mettre volontairement en danger, et cela allait plus loin en menaçant son fils aussi. Qu'allait devenir son enfant s'il finissait à Azkaban? Peu être après tout qu'il allait être adopté par des gens bien et qu'il aurait une bonne vie... non, impossible, son oncle et sa tante se ferait une joie d'adopter le petit et il serait élever comme le parfait pantin destiné a devenir mangemort et ça, jamais Lukas ne se le pardonnerais. Luka devait voir plus loin que la simple estime que Jersey pouvait lui accorder.
Le sorcier rouvrit les yeux, l’appréhension qu'on pouvait lire dans ses yeux quelques secondes avant avait laissé place a de la fureur.

« Tu commences à me connaitre non? Crois tu vraiment que je serais capable de tuer un innocent? Plus généralement me crois tu vraiment capable de tuer quelqu'un? Je t'ai menti, certes, mais je n'avais pas le choix. Je conçoit que tu ne me crois pas, mais essaye de me croire une seconde. Mets toi un instant à ma place. On t'a forcé à devenir mangemort, un choix familial qui ne t'appartient pas alors que tu es encore un gamin de sixième année. Après quand t'as fini tes études, tu te retrouves avec un gamin d'un an à charges. Que tu sois mangemort ou pas tu t'en fous, la seule chose qui importe c'est de s'assumer. »

Lukas soupira. Il se laissa glisser contre le mur et s'assit par terre avec un air soucieux. C'était inutile, jamais elle ne le croirait, qu'allait-il s'imaginer? Que ce serait magique? Qu'elle buverait ses paroles et qu'après dans quelques années ils allaient boire une bière au beurre ensemble et riraient à gorge dépoloyée en évoquant cet instant.
Lukas était furieux contre lui-même. Il pensait s'être fait une amie, une confidente qui semblait sur la même longueur d'onde que lui, c'était une erreur. Elle ne pouvait le comprendre entièrement, son histoire était trop improbable. Tant d'évènements tragique réunis en une seule vie c'était trop de malchance pour une même personne.
Mais, maintenant, ce qui était fait ne pouvait être changé. Lukas ne pouvait remonter le temps pour modifier le cours des choses. Une nouvelle fois dans sa vie, il était coincé.

« Je t'avais déjà vite fait parler de quand j'étais petit... j'ai été renié de mes parents et élevé par mon oncle et ma tante... ce que je ne t'ai pas dis est qu'ils étaient deux mangemorts, deux fidèles... un peu trop fidèle même de Voldemort. Ils ont programmé la céromonie sans connaitre mon avis et je ne pouvais rien faire contre. Je n'avais personne à part eux. J'avais la frousse aussi, je savais que cela me condamnerait. Et puis, ils ne cessaient de répéter à quel point ma venue dans leurs rangs allait les faire être bien vus du Seigneur des Ténèbres. Je faisais parti de la promotion de Potter et en plus, j'étais dans sa maison. J'étais coincé."

Lukas se tut un instant. Se justifier n'était vraiment pas son point fort, plus il parlait, plus il se trouvait des points communs avec un lamentable gamin pleurnicheur. Il n'osait affronter le regard de Jersey. Elle lui avait parut si énervé qu'il doutait qu'elle écoute sa plaidoirie.


« J'aimerais te prouver que ce que je dis est vrai... aujourd'hui, je m'en fout de voldemort c'est peu être égoiste en vue de ce qui se passe en ce moment, mais soit, je m'en fout, la seule chose que je veux c'est protéger... protéger mon fils. Si tu m'envois à Azkaban, il sera envoyer chez ses tuteurs légaux... Il suivra leurs traces et on sera tous bien heureux... »



Lukas passa sa main gauche sur la marque et l'effleura du bout des doigts. Il détestait cette période de sa vie, elle était bien la pire qu'il ai connut jusqu'à présent. Mais ce qui était fait était fait, il ne pouvait plus rien y changer et devrait porter cette marque pour le reste de ses jours. Le pire est quelle ne signifiait rien, ce n'était pas comme s'il se souciait ou non de Voldemort. C'était vraiment la pire chose qui pouvait lui arriver alors qu'il n'avait rien demandé.


« J'aurais aimé que tu l'apprennes autrement. J'aurais aimé qu'on puisse en parler calmement sans que l'un de nous se sente trahis. J'aurais vraiment aimé... »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10347-lukas-a-jones-nowhere- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10403-lukas-a-jones-nowhere-boy
Jersey H. Sullivan
◊ Hypogriffe à longue langue ◊
avatar

☞ Copyright : Foolish Pleasure & Tumblr
☞ Dispo pour rp : Oui

Féminin Messages : 363
Date d'inscription : 28/11/2010
Gallions : -119635

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Compte principal → Calvin P. Walker

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Dim 24 Juil - 19:25

I still got so many unsaid things that I wanna say



« J'étais comme qui dirait tiraillée entre deux réactions possibles. Soit je décidais de lui faire confiance, comme je l'avais fait jusque là et je faisais preuve d'un grand calme. Alors je le laisserai tranquillement reprendre son travail et toute cette histoire ne serai que du passé et un lointain souvenir. Je pouvais me montrer compréhensive et compatir à tout ce qu'il avait soit disant subit. Ou alors je décidais de m'emporter, de ne pas croire tout ce qu'il venait de me déballer, en gros réagir comme si je n'étais pas en face d'un ami mais d'un mangemort comme un autre. Je vous laisse deviner pour laquelle j'avais finalement opté. Je savais que j'avais tendance à en faire des tonnes, à m'emporter trop vite. Mais je ne pouvais pas aller contre ma nature, surtout dans des moments comme ceux là ou l'on ne fait que suivre ses émotions. Pas le temps de se poser et de réfléchir, car après tout peut-être disait-il la vérité. Il n'avait pas foncièrement l'air méchant, au contraire je le voyais souvent me sourire, cela devait forcément compter non ? Je n'en savais plus trop rien, j'étais aussi perdue que lui en fait. Dans ma tête, je me voyais déjà en train de le combattre, comme tout les autres par le passé. En même temps je m'en voulais, de ne pas avoir su de suite, de m'être autant attaché à quelqu'un sans vraiment savoir à quelle allégeance il était dévoué. Cela m'apprendra à confier ma confiance trop facilement. J'étais une auror qui avait sympathisé avec un mangemort, qu'est-ce que je pouvais me trouver ridicule sur le coup. Des occasions de voir sa marque, j'en avais peut-être loupé plein. Bon, en même temps ce n'était pas dans mes habitudes de fixer les avants bras de tout mes amis. Quoique je devrai m'y mettre en fait. On était jamais à l'abri d'une surprise comme celle-là.

Je l'avais maintenant plaqué sans trop grande difficulté contre le mur. Pour un mangemort, il manquait quand même de vivacité, j'en avais affronté des plus coriaces. Peut-être parce-que ni lui, ni moi n'avions envie de nous battre. Enfin surtout lui, parce-que moi je me retenais fermement pour ne pas me défouler sur lui. Je sais pas, peut-être que ça m'apaiserai, innocent ou pas ne le méritait-il pas après tout ? Il m'avait trahi, bien que jamais il ne m'avait dit qu'il était à cent pour cent du côté du bien. En fait, des choses je n'en savais pas beaucoup à son sujet. Lukas ne parlait jamais de lui, allez savoir pourquoi. Il faut dire aussi que bavarde comme je pouvais l'être, il était difficile d'en placer une. J'aimais parler de moi, de ma vie sans vraiment être égocentrique. C'était pour moi la seule manière que je trouvais à chaque fois pour faire la conversation, c'est tout. Voilà pourquoi le sujet Lydie était encore une fois retombée sur le tapis. C'était sa mort qui m'avait rendue comme ça, qui m'avait donné envie de la venger pendant le reste de mes jours. Une part de mon innocence s'était envolée le soir où l'on m'avait annoncé sa mort. Comment des gens pouvaient-ils faire ça et s'en sortir sans aucune difficulté ? J'avais maintenant cet air de dégout qui s'affichait sur mon visage rien qu'en pensant à toutes ces ordures, ses collègues en quelque sorte. Rien que de penser qu'il pouvait en connaître, qu'ils en avaient peut-être côtoyé par le passé, j'avais encore plus envie de lui faire passer un sale quart d'heure. Comme tout les autres, il fuyait mon regard n'osant même pas la regarder dans les yeux. Sauf que lui ne semblait pas émettre une quelconque résistance, comme si finalement il acceptait le châtiment qu'il allait sans doute subir dans les minutes à venir. C'était à la fois surprenant et déconcertant. C'était sans doute le choc qu'il venait de subir qui l'avait étourdi, je n'y étais pas allée de main morte d'ailleurs. Mais pour moi, Lukas ne méritait plus aucun ménagement.

▬ Tu commences à me connaitre non? Crois tu vraiment que je serais capable de tuer un innocent? Plus généralement me crois tu vraiment capable de tuer quelqu'un? Je t'ai menti, certes, mais je n'avais pas le choix. Je conçoit que tu ne me crois pas, mais essaye de me croire une seconde. Mets toi un instant à ma place. On t'a forcé à devenir mangemort, un choix familial qui ne t'appartient pas alors que tu es encore un gamin de sixième année. Après quand t'as fini tes études, tu te retrouves avec un gamin d'un an à charges. Que tu sois mangemort ou pas tu t'en fous, la seule chose qui importe c'est de s'assumer. Je comprenais maintenant un peu plus la raison pour laquelle il ne parlait pas souvent de sa vie. À l'entendre elle semblait assez compliqué. Trop peut-être pour que je commence à y croire complétement. Une part de moi restait sceptique, mais peut-être moi que tout à l'heure déjà. Mais je ne lâchais pas ma baguette pour autant, s'il pensait qu'il pouvait compter sur mon éventuel compassion pour filer, il ne savait toujours pas à qui il avait vraiment affaire. Je le regardais alors glisser jusqu'à le retrouver assis par terre. À vrai dire cette attitude m'agaçait, j'avais comme l'impression qu'il comptait vraiment sur moi pour le prendre dans ses bras en lui annonçant que tout était oublié et que nous pouvions retourner travailler. Rien ne serai plus comme avant, comme quelques minutes auparavant. ▬ Je t'avais déjà vite fait parler de quand j'étais petit... j'ai été renié de mes parents et élevé par mon oncle et ma tante... ce que je ne t'ai pas dis est qu'ils étaient deux mangemorts, deux fidèles... un peu trop fidèle même de Voldemort. Ils ont programmé la cérémonie sans connaitre mon avis et je ne pouvais rien faire contre. Je n'avais personne à part eux. J'avais la frousse aussi, je savais que cela me condamnerait. Et puis, ils ne cessaient de répéter à quel point ma venue dans leurs rangs allait les faire être bien vus du Seigneur des Ténèbres. Je faisais parti de la promotion de Potter et en plus, j'étais dans sa maison. J'étais coincé. ▬ On a toujours le choix Lukas, ces gens... ils sont juste ignobles. J'étais vraiment déçue en voyant cette marque sur ton bras et tout ce qu'elle représente. avais-je lâché à ma grande surprise avec un grand calme et une totale maîtrise de moi-même. S'il mentait, il le faisait à merveille en tout cas étant donné que je m'étais retrouvé à compatir à ce qu'il avait enduré par le passé. Non vraiment, je n'arrivais pas à la voir comme un ennemi. Une part de moi restait persuadé que ce qu'il disait était vrai. Et pourtant je n'étais pas facilement influençable, enfin vous venez d'en avoir la preuve en direct. Très vite, ma baguette s'était retrouvée baissée, histoire d'arrêter de menacer quelqu'un de peut-être innocent. De toute manière, ce n'était pas à mois qu'il fallait en vouloir, c'était à lui, innocent ou non il ne m'avait rien dit. Et puis, pour entrer dans les rangs il fallait forcément ôter la vie à quelqu'un... rien que cette pensée me fit frissonner.

De nouveau je m'étais retrouvée à serrer les poings, tant l'envie de cogner contre le mur me démangeait de plus en plus. Après tout, c'était soit le mur, soit Lukas. Il y avait déjà un peu de progrès. Sur le coup, je m'en voulais de ne pas savoir s'il fallait le croire ou non. Comme si la fautive dans toute cette histoire en fait, c'était moi. Bien sûr que ce n'était pas le cas, je n'avais absolument rien à me reprocher si ce n'est de vouloir débarrasser l'Angleterre de ces êtres malfaisants. ▬ J'aimerais te prouver que ce que je dis est vrai... aujourd'hui, je m'en fout de Voldemort c'est peu être égoiste en vue de ce qui se passe en ce moment, mais soit, je m'en fout, la seule chose que je veux c'est protéger... protéger mon fils. Si tu m'envois à Azkaban, il sera envoyéchez ses tuteurs légaux... Il suivra leurs traces et on sera tous bien heureux... Si je l'écoutais, ce serai donc moi la fautive si je l'envoyais à Azkaban ? C'était le monde à l'envers. Posséder la marque des Ténèbres était suffisant pour l'arrêter immédiatement. En fait, je n'étais pas obligée de le croire. Seulement j'avais vraiment envie qu'il me prouve que je m'étais trompée et que Lukas, mon ami était toujours là en face de moi, et totalement tétanisé par ma future réaction. C'était simple : soit le faisais comme il disait en le faisant emprisonner, soit je m'occupais de lui avant, soit je me décidais à le croire. En le voyant toucher sa marque, non.. rien qu'en ayant sa marque sous les yeux, je n'avais tout sauf envie de le croire. ▬ J'aurais aimé que tu l'apprennes autrement. J'aurais aimé qu'on puisse en parler calmement sans que l'un de nous se sente trahis. J'aurais vraiment aimé... ▬ Il fallait y penser à deux fois, avant de te faire une copine chez les Auror.. avais-je lancé d'un air froid et sarcastique.

Et alors que subitement, j'avais levé ma baguette pour qu'elle soit face à lui, comme si je m'apprêtais à lancer un sort. C'est ce que j'étais sur le point de faire en en réalité. Mais à ce moment là, j'eus ses paroles qui défilaient dans ma tête. Je repensais à son fils, à ses parents qui n'avaient pas l'air vraiment commode. À toutes ces paroles qui faisaient en fait de lui la victime dans toute cette histoire. Pourquoi s'humilierait-il de la sorte ? Les larmes m'étaient presque montées au yeux, mais je me trouvais en même pathétique de ne pas savoir quoi faire. Alors finalement je décidais de ranger ma baguette. Sans doute que j'allais le regretter par la suite, mais je ne me voyais pas lui faire du mal ou tout simplement le dénoncer. S'il disait vrai alors non, il ne méritait pas un tel châtiment. Je lui faisais maintenant face en silence, peut-être attendait-il une réaction de ma part. Sûrement en fait. ▬ Relève toi. lui avais-je demandé le ton légèrement autoritaire. ▬ Si tu me dis que tu n'as rien à voir avec eux, je vais te croire. Mais si j'apprends que tu as ne serai-ce qu'un contact parmi ces gens, je t'assure que je me montrerai moins gentille. car oui, là encore je m'étais montré assez gentille. ▬ Je te fais confiance Lukas, j'espère que je n'aurai pas à le regretter plus tard. Cache moi ça maintenant ! Je fixais alors une dernière fois la marque qu'il avait au bras, m'en voulant déjà de me montrer si compatissante alors qu'en fait il m'avait peut-être menti sur toute la ligne.
»

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t8872-jersey-when-you-see-my- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9330-calvin-jersey-archibald-memories http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10175-jersey-if-we-ever-meet-again
Lukas A. Jones
◊ Collectionneur de Chocogrenouilles ◊
avatar

Masculin Messages : 50
Date d'inscription : 15/07/2011
Gallions : 1

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Lun 25 Juil - 14:41


Jersey & Lukas ☆








Lukas leva les yeux vers Jersey et la regarda un instant. Il ne put soutenir son regard plus d'une seconde et baissa les yeux rapidement. Il recouvrit la marque par sa manche et se leva sans prononcer un mot. Malgré ce que venait de lui dire Jersey, il se sentait toujours très mal vis à vis d'elle. Il n'avait jamais été sûr de mériter sa confiance.

« J'aurais préféré que tu me frappe un grand coup dans la gueule je me serais senti moins con. »

Lukas garda a nouveau le silence pendant quelques secondes. Il semblait pensif. Il savait que cet incident allait se répercuter sur le relation à moins que... Il fallait qu'ils en parlent, il fallait qu'ils s'écoutent. Jersey voulait sans doutes en savoir plus, c'était évident. S'il voulait regagner ne serais-ce qu'une once de crédibilité, Lukas devait avoir une discussion avec Jersey. Il devait répondre à toutes les interrogations que celle-ci devait avoir.
Lukas se sentait affreusement coupable et il l'avait bien chercher. Il aurait vraiment préféré que Jersey se défoule un peu car pour lui avoir cacher une chose aussi énorme, il ne méritait que ça.

« Tout à l'heure, quand nous aurons fini le travail, nous pourrons en parler plus en détail si tu le souhaite. J'irais chercher mon fils et tu n'aura qu'à venir prendre un verre chez moi. Si tu veux tout de même me frapper, n'hésite pas... je dirais que je suis tomber, vu ma maladresse,le patron n'y verra que du feu.»

Lukas esquissa un léger sourire se moquant de sa propre stupidité. Mieux fallait en rire qu'en pleurer.
Quelques minutes à près, Lukas était de retour dans la salle du chaudron baveur, une caisse de jus de citrouille en main. Il la déposa derrière le contoir et sortit dehors car il avait tout de même pris sa pause ce qui lui laissait encore 5 minutes avant de devoir retourner à la tâche. Il s'assit sur le trottoir et soupira un bon coup. Il se détendait enfin.
Cela faisait quelques jours que ja pression montait pour lui pour beaucoup de raison dont celle-ci. La peur qu'elle découvre ce qu'il était vraiment le bloquait bien trop souvent en sa présence. Il était soulagé qu'elle ait fini par l'apprendre car il savait bien qu'au fond de lui, jamais il n'aurait trouver le moyen, la façon ou même le bon moment pour lui avouer. Mais le pire n'était peu être pas passé pour lui. Il allait tout de même devoir répondre à ses interrogations, et il appréhendait fortement. Lukas n'était pas fièr de sa vie, mais il était vrai que jamais on ne l'entendrait se lamenter sur son sort.
Le sorcier resta encore quelques instants les yeux dans le vague. Il était ailleurs, il repensait à ce qui venait de se passer et se demander s'il avait agit de la meilleure façon possible.
Oui, il avait bien fait. Il n'était pas un lâche, jamais il se serait permit de s'enfuir même face a un danger comme celui auquel il s'était exposé.
Il n'était pas non plus un traître et n'aurait put attaquer sa propre amie.
Lukas avait avouer la vérité aussi improbable qu'elle puisse être. Il ne s'était pas défilé et il allait affronté Jersey du début à la fin car elle ne méritait pas qu'on lui cache d'aussi gros secrets.
Jersey était honnête, elle, par conséquent Lukas comprenait sa colère. Mais, plus il y pensait, plus il se disait que sa propre situation n'était pas dénoué de sens. Aurait-il put prévoir la réaction de Jersey en apprenant ceci? Il savait qu'elle serait furieuse, il savait qu'elle n'aurait aucune envie de l'écouter, mais, elle venait de lui prouver qu'il avait tort puisqu'elle l'avait écouter... mais ça, comment Lukas aurait-il put le deviner?

Lukas reprit ensuite son travail et continua à servir les clients du mieux qu'il pouvait. Il ne cassait aucune autre assiette et se montra très concentré dans la moindre de ses tâches. A la fin de son service, son patron s'en étonna lui même de ne pas avoir entendu d'autre assiette se casser et soupçonna Lukas de leur avoir jeter un sort les rendant incassable. A vrai dire, le patrop aurait aimé que le jeune serveur en casse d'autre maintenant qu'il lui avait dit que ce serait retenu sur sa paye, il aurait put utiliser l'argent ainsi économiser pour en acheter des neuves sans culpabiliser en se disant qu'il a toujours ses anciennes en bon état...

Lukas ota son tablier après avoir fini son service. Jersey finirait une demie heure après lui ce qui lui laissait amplement le temps d'aller chercher son fils avant de retrouver l'Auror.
Il se rendit alors, dans la garderie qui se trouvait à quelques rue du chaudron Baveur.
Comme d'habitude, la réceptionniste controla l'identité de Lukas avant de le laisser rentrer dans la pièce où jouaient plusieurs enfants d'âges différent. Lukas repéra rapidement son fils qui jouait avec... qu'est-ce que c'est d'ailleurs? Une giraffe qui couine? Lukas était tout les jours un peu plus surpris en découvrant les jouets de prédilection de son fils, que trouvait-il d'interressant à cette giraffe, elle avait de grand yeux et faisait un grand sourire, c'est un peu effrayant tout de même. Lukas secoua la tête et remit ces interrogations sur l'utilité du jouer à plus tard. Une des femmes encadrants les enfants partit chercher Daniel et le ramena à Lukas. Ce dernier prit son fils dans ses bras, salua poliment la femme, attrapa un sac d'affaire pour s'occuper du petit qu'il devait déposer chaque jour et s'en alla. Lukas reprit le chemin pour retourner au chaudron baveur. Son fils semblait lui ravi de revoir son père puisqu'il avait un grand sourire (presque aussi effrayant que celui de la giraffe) et disait de temps à autre avant de pousser un gloussement réjouit « Popa! » C'était le premier mot que le petit disait, enfin c'était pas vraiment la bonne prononciation mais pour Lukas ça comptait quand même, l'intention y était! Daniel ne parlait pas encore il lui arrivait de dire des choses incompréhensibles mais sans aucun sens pour son père. La seule chose qu'il disait dès qu'il voyait Lukas était ce magnique « Popa! ». S'ils n'étaient que tout les deux, il est probable que Lukas se serait comporter comme un père gaga devant son fils, mais il était dans la rue, exposé à tous, alors même si cela lui faisait mal au coeur, Lukas n'accordait que quelques sourires discret à son fils et gardait un air très sérieux sur ses traits ne trahissant aucune émotion, comme à son habitude.
Quand Lukas fut de nouveau devant le Chaudron baveur, le sentiment de légèreté qu'il avait dès qu'il retrouvait son fils s'envola. Il se rapella de ce qui allait suivre...
Jersey sortit quelques secondes après que Lukas soit arrivé devant le chaudron baveur.
Sans un mot ils se mirent en route pour aller chez Lukas. Ils ne mirent qu'une dizaine de minutes a s'y rendre.
L'appartement de Lukas était assez rangé. Il y avait une entrée, une cuisine, un salon/salle à mangé, une salle de bain avec toilettes et deux chambres celle de Lukas et celle du bébé. Lukas fit rentrer Jersey dans le salon et déposa son fils dans un parc pour bébé. Il partit dans la cuisine et revint quelques secondes plus tard avec deux grand verres et un pichet de Jus de citrouille. Il servit un verre à Jersey avant de s'asseoir et se servir son propre verre.

« Je t'écoute Jersey, demande moi ce que tu veux.»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10347-lukas-a-jones-nowhere- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10403-lukas-a-jones-nowhere-boy
Jersey H. Sullivan
◊ Hypogriffe à longue langue ◊
avatar

☞ Copyright : Foolish Pleasure & Tumblr
☞ Dispo pour rp : Oui

Féminin Messages : 363
Date d'inscription : 28/11/2010
Gallions : -119635

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Compte principal → Calvin P. Walker

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Mar 26 Juil - 13:23

I still got so many unsaid things that I wanna say



« Alors que je venais de lui avouer que finalement, j'avais choisit de le croire, Lukas osa enfin me regarder. Pendant toute cette petite entrevue il avait fuit mon regard, et j'aurai sûrement fait la même chose si je m'étais retrouvée à sa place. Il semblait comment dire honteux, comme lorsqu'on gronde un gamin après qu'il ait fait une bêtise. D'un ton plutôt froid et distant, je lui avais demandé de recouvrir sa manche. Je savais que je m'énerverai à nouveau si je devais la revoir à nouveau alors mieux valait pour lui qu'il la cache. Je n'étais toujours pas convaincue d'avoir fait le bon choix, mais je sais que j'aurai eu des remords toute ma vie si je l'avais fait emprisonner à tort. Avec tout ce qu'il m'avait confié sur lui et que j'avais choisit de croire, il ne le méritait pas. Après tout, je n'étais pas un monstre. Lorsque Lukas me confia qu'il aurai préféré que je le frappe un coup, que ça lui aurai permis de se sentir mieux, à cela j'avais répondu avec un ton un peu plus joyeux et enjoué : ▬ Ça peut toujours se faire. Silence, un long silence. ▬ Je plaisante ! avais-je finalement ajouté, histoire qu'il ne prenne pas ma dernière phrase trop au sérieux. Quelle idée de vouloir faire de l'humour dans un moment pareil, sûrement un truc dont seul les Sullivan avait le secret. On ne pouvait pas me reprocher de ne pas avoir voulu détendre l'atmosphère après avoir moi-même déclenché une tempête dans la remise.

▬Tout à l'heure, quand nous aurons fini le travail, nous pourrons en parler plus en détail si tu le souhaite. J'irais chercher mon fils et tu n'aura qu'à prendre un verre chez moi. Si tu veux tout de même me frapper, n'hésite pas... je dirais que je suis tomber, vu ma maladresse,le patron n'y verra que du feu. C'est moi ou il voulait vraiment que je le frappe ? Non parce-que comme je l'avais dis tout à l'heure, s'il le voulait vraiment cela pouvait se faire. En tout cas, cela me confortait dans l'idée que j'avais finalement eu raison de lui faire confiance sur ce coup, il semblait être rempli de remords. Limite je m'en voulais maintenant d'en être la cause. Enfin bon, ce n'était pas non plus de ma faute si on l'avait forcé à devenir un mangemort. La situation était redevenue sérieux, devais-je accepter ? Après tout, je n'avais rien à perdre non ? Sauf si en réalité il s'agissait d'un piège et qu'en entrant chez lui une horde de mangemort m'attendrai afin de me tuer. Ai-je oublié de préciser que j'avais la fâcheuse tendance à voir le pire partout ? Il m'arrivait vraiment d'avoir des idées tordus parfois. En guise de réponse j'avais seulement hoché la tête tout en remettant ma baguette dans la poche arrière de mon jean. J'espérais ne plus avoir à m'en resservir, du moins pas pour ce que j'étais sur le point de faire quelques minutes plus tôt. En tout cas, je me sentais rassurée de voir que Lukas souriait à nouveau. Même si je lui en voulais, je ne voulais quand même pas le voir triste par ma faute, il avait assez souffert comme ça apparemment.

Une fois Lukas sortit de la remise, la caisse de jus de citrouilles en main, j'avais pris quelques minutes pour réfléchir à la situation en m'installant sur un caisse au hasard de la pièce. Jamais en me levant ce matin je n'aurai imaginé une telle scène entre lui et moi. Je pensais le connaître plutôt bien, et là je me rendais compte finalement que je ne savais rien de lui. Mais j'espérais que cela allait changer tout à l'heure, lorsque j'irai chez lui pour parler. Des questions, j'en avais des tonnes qui me venait à l'esprit et que je souhaitais lui poser mais certaines n'étaient pas très délicates. Il me fallait encore du temps pour réfléchir, malheureusement la porte de la remise venait encore une fois de s'ouvrir. Le patron était là. Il était alors temps de reprendre le boulot. À ce même instant, au moment où je venais de remonter dans le Chaudron Baveur afin de reprendre mon service, Lukas était lui aussi revenu. Nous reprenions alors chacun notre travail, tentant par tout les moyens de ne rien laisser paraître sur ce qu'il venait de se passer entre nous. Jamais je n'avais été autant distraite pendant l'un de mes services, et pourtant qu'est-ce que je pouvais être tête en l'air. Enfin je n'étais pas du genre à casser tout le temps la vaisselle, comme Lukas. Moi c'était plus le contact humain que je négligeais, j'avais des sortes d'absences ou alors j'oubliais que j'étais effectivement là pour les servir et qu'il n'était pas forcément obligé de me traiter comme leur égal. J'avais vraiment un problème de ce côté là, mais pour l'instant le patron le tolérait ou alors ne voyait rien.

Voilà, fin de la journée. Enfin, fin de ma journée de travail plutôt. Lukas, lui avait finit quelques temps avant moi ce qui lui laissait effectivement le temps d'aller chercher son fils. J'avais finalement salué mon supérieur ainsi que le reste du Chaudron Baveur avant de quitter l'endroit non sans appréhension concernant la suite des événements. Lukas était déjà là, ce qui eut le don de me surprendre. Je ne sais pas pourquoi, d'habitude cela ne me surprenait pas autant de le voir avec son fils. Mais maintenant je repensais à toute son histoire, cela ne devait pas être de tout repos de vivre seul avec un enfant à sa charge.. Nous marchions en silence jusqu'à l'appartement de Lukas, ni lui ni moi n'avions apparemment envie de discuter, comme nous aurions pu le faire s'il n'y avait pas eu cette fâcheuse histoire. J'entrais finalement dans son appart' sans dire un mot, analysant chaque objets, chaque pièces que je pouvais voir sans jamais émettre le moindre son. Je crois que je m'attendais à une sombre caverne au fond fin d'une ruelle très mal fréquentée. Bonjour les clichés sur les mangemort. Mais pour en avoir connu -ou plutôt emprisonner- pas mal, je savais qu'il n'était pas tous comme ça. Je m'installais alors dans le salon, voyant Lukas filer dans la cuisine et revenir un peu plus tard avec des boissons. C'est vrai que je mourrais de soif à servir à boire toute la journée. ▬ Je t'écoute Jersey, demande moi ce que tu veux. Le voilà finalement le fameux moment tant redouté. Je buvais finalement une gorgée de mon jus de citrouille avant de finalement prendre la parole. ▬ Pourquoi tes parents t'ont obligé à faire... tout ça ? avais-je lancé d'un ton hésitant. Immédiatement, je m'étais mordue la lèvre inférieure l'air de dire "tu as encore fait une connerie Jersey", mais puisque j'étais dans ma lancée je n'allais pas m'arrêter. C'est lui qui l'avait voulu après tout. ▬ Sa mère aussi est une partisante du Lord ? Je regardais alors le fils de Lukas, jouant calmement ce qui me fit sourire.
»

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t8872-jersey-when-you-see-my- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9330-calvin-jersey-archibald-memories http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10175-jersey-if-we-ever-meet-again
Lukas A. Jones
◊ Collectionneur de Chocogrenouilles ◊
avatar

Masculin Messages : 50
Date d'inscription : 15/07/2011
Gallions : 1

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Mar 26 Juil - 18:20

Jersey & Lukas ☆





«Pourquoi tes parents t'ont obligé à faire... tout ça ?»

Cette question arracha un sourire triste à Lukas. Se souvenir de son enfance allait le rendre sans doutes triste. Il aurait aimé que les choses ne se passe pas comme ça, si ses parents ne l'avaient pas rejeté...
Lukas allait répondre à la question de Jersey quand celle-ci en posa une nouvelle...

«Sa mère aussi est une partisante du Lord ?»

Au début, Lukas ne comprit pas, puis il suivit le regard de Jersey pour comprendre qu'elle parlait de Daniel. Le corps entier de Lukas se raidit. Il retint sa respiration et ne bougea plus. Personne ne savait ce qui c'était passé à part lui et cette femme, personne ne savait ce qui s'était réellement passé. Lukas n'en parlait jamais. Si les gens lui demandait qui était la mère de son fils, il répondait que c'était une trop longue histoire et changeait de sujet. Personne n'ose insister sur l'identité d'une conquète... mais là, et pour la première fois, Lukas ne pouvait y échapper.

« Je ne vivais plus avec mes parents quand tout ça est arrivé. Je n'ai pas eu de nouvelles d'eux depuis ma rentrée en deuxième année à Poudlard. Ils n'ont pas tolérés que je rentre à Gryffondor, déjà qu'ils ne m'aimait pas avant... ça leur a servit d'excuse pour m'envoyer chez mon oncle et ma tante qui eux ont fait ça.»

Lukas s'arrêta une seconde. Son regard n'avait pas quitté Daniel qui jouait d'un air innocent en parlant dans une langue que seul lui pouvait comprendre. Lukas eu alors une pensée qui lui vint à l'esprit, une chose à laquelle il n'avait jamais réfléchit auparavant... Si ses parents n'avaient pas choisis de le détester dès sa naissance comme ils l'avaient pas, jamais il n'en serait là avec un bébé à charge et à raconter sa vie à une Auror. Mais après tout, c'était peu être mieux car s'ils l'avaient aimé, ils l'auraient eux aussi sans doutes embrigader pour rejoindre les ténèbres et là au lieu d'être un type sans avis mais pas favorable aux ténèbres pour autant il aurait été qu'un stupide pion au service du mal...C'était sans doutes un mal pour un bien finalement...

« Mon oncle et ma tante m'ont toujours traité comme leur propre fils. Je ne saurais expliquer autrement le fait qu'il m'ai organiser cette cérémonie. Ils voulaient se faire bien voir du seigneur des ténèbres en lui apportant un nouveau partisant qui aurait des chances d'être proche de Potter... ce fut un échec d'ailleurs. »

Lukas soupira doucement. Il devait maintenant répondre à la seconde question de Jersey car elle attendait patiemment ses réponses. Lukas réfléchit un instant pour bien peser le moindre de ses mots.

« La mère de Daniel fait bien partie de ses gens là... mais ne va pas croire qu'un jour je me suis épris d'un démon. Car cette femme est sans doutes l'une des pires que j'ai put rencontrer. S'il n'y avait pas Daniel, je n'hésiterais pas à te donner son nom et son adresse, pour tout ce qu'elle a put faire... et pour tout ce qu'elle m'a fait. Mais malgré tout elle reste la mère de Daniel, c'est horrible car elle s'en fout de lui mais je suis sûr qu'elle avait senti que j'étais bien stupide. C'est la seule mangemorte dont je connaisse le nom mais elle sait bien que j'aurais jamais le cran de la dénoncer. »

Lukas avala doucement sa salive. Qu'est-ce qu'il était con parfois, quand il se faisait trop de soucis...

« Elle ... elle est la mère de Daniel et je ne veut pas que quand Daniel commencera à poser des questions dont le sens ne lui échappera pas , quand il me demandera qui est sa mère je doive lui répondre que je l'ai envoyé à la mort en la déonçant... Je suis un égoïste et ça fait des mois que ça me trotte dans la tête. Je n'arrive pas à le faire... et pourtant c'est vraiment une femme cruelle... Crois-moi, Daniel n'est pas le fruit de l'amour très loin de là... »

Lukas s'arreta. Il se sentait encore plus mal qu'avant. Bien sûr qu'il devait dénoncer cette femme, cela épargnerait de nombreux innocents et pourtant, il se sentait coupable vis à vis de son fils. Il avait peur que celui-ci ne le comprenne pas plus tard.

« Si j'ai pas choisit d'avoir cette marque, j'ai encore moins choisit de créer Daniel... mais je suppose que tu le sais bien, on l'apprend tous à Poudlard ça, sous l'Imperium on ne peut rien refuser... »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10347-lukas-a-jones-nowhere- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10403-lukas-a-jones-nowhere-boy
Jersey H. Sullivan
◊ Hypogriffe à longue langue ◊
avatar

☞ Copyright : Foolish Pleasure & Tumblr
☞ Dispo pour rp : Oui

Féminin Messages : 363
Date d'inscription : 28/11/2010
Gallions : -119635

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Compte principal → Calvin P. Walker

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Mer 27 Juil - 15:08

I still got so many unsaid things that I wanna say



« J'avais le droit de lui demander ce que je voulais, alors bien sûr je n'allais pas m'en priver. Bien entendu, pour ne pas changer je n'avais pas pesé mes mots et en étaient directement venu au plus intéressant à mes yeux. Encore une fois, j'avais totalement manqué de tact, tant pis de toute manière tôt ou tard il devrai s'expliquer à ce sujet alors autant ne pas perdre de temps. Je remarquais néanmoins le sourire triste qui venait d'apparaître sur le visage de Lukas, culpabilisant légèrement d'en être la responsable. Ce n'était peut-être pas une si bonne idée en fin de compte de m'avoir emmener ici pour pouvoir parler. De plus, j'avais eu tellement de questions en tête que je n'avais même pas pris le temps d'attendre qu'il ne réponde à la première pour en poser une deuxième, cette fois-ci en rapport avec Daniel que je ne quittais plus du regard désormais. Je préférais voir cet enfant s'amuser plutôt que de voir son père se remémorer quelques mauvais souvenirs par ma faute. Mais peut-être qu'après avoir parler, j'arriverai à comprendre ce qu'il avait vécu, enfin je dis bien peut-être. Donc il avait plus à y gagner qu'à perdre, même si cela devait être dur pour lui de m'en parler. En attendant qu'il réponde à mes questions, j'avais bu une autre gorgée de mon jus de citrouille et avait maintenant plongé son regard dans le sien comme pour l'encourager à se confesser. ▬ Je ne vivais plus avec mes parents quand tout ça est arrivé. Je n'ai pas eu de nouvelles d'eux depuis ma rentrée en deuxième année à Poudlard. Ils n'ont pas tolérés que je rentre à Gryffondor, déjà qu'ils ne m'aimait pas avant... ça leur a servit d'excuse pour m'envoyer chez mon oncle et ma tante qui eux ont fait ça.

Je reposais finalement la boisson que je tenais en main, sentant que si je buvais une gorgée de plus j'allais tout simplement m'étouffer avec. Pour moi, il était tout simplement inimaginable que des parents aient une telle réaction à l'égard de leur fils uniquement pour une stupide histoire de maison. En même temps, dans ma famille c'était différent de la sienne. Nous étions tous allées à Gryffondor, tellement que la cérémonie de répartition n'était tout simplement qu'une banalité dans la famille Sullivan. Peut-on en vouloir à quelqu'un pour avoir atterri dans la meilleure maison de Poudlard (en toute objectivité bien sûr) ? En tout cas, je comprenais vite que ce n'était pas réellement ses parents les fautifs, enfin bien sûr qu'ils avaient leur part de responsabilité pour avoir abandonner leur fils pour de telles raisons, mais c'était bien son oncle et sa tante qui apparemment était à l'origine de la marque sur le bras du jeune homme. Enfin c'est ce que j'en déduisais pour l'instant.▬ Mon oncle et ma tante m'ont toujours traité comme leur propre fils. Je ne saurais expliquer autrement le fait qu'il m'ai organiser cette cérémonie. Ils voulaient se faire bien voir du seigneur des ténèbres en lui apportant un nouveau partisant qui aurait des chances d'être proche de Potter... ce fut un échec d'ailleurs. avait-il continué. Si j'avais bien compris, on l'avait élevé uniquement dans le but d'en faire un proche de l'élu et un mangemort ? C'était tout simplement écœurant pour moi de voir qu'il existait des gens comme ça, mais de la part de mangemort cela ne me surprenait pas tant que ça. Mais au fur et à mesure je me rendais finalement compte que Lukas devait effectivement être la victime dans cette histoire. Et dire que tout à l'heure j'avais voulu l'attaquer alors qu'au final il n'avait pas grand chose à se reprocher, si ce n'est d'avoir eu une famille qui l'avait forcé à faire toutes ces choses. ▬ Ce n'est pas ce que j'appellerai être élevé comme un fils.. avais-je lâché à voix haute à ma grande surprise. Enfin c'était ce que j'en pensais alors je ne m'en voulais finalement pas d'avoir sortit le fond de ma pensée. Il avait eu raison en m'invitant ici finalement, parler avec lui me faisait peu à peu comprendre qu'il n'était pas le coupable que je pensais qu'il était en découvrant sa marque en début de service. Dommage pour lui qu'il n'ait aucun moyen de l'effacer, c'est le genre de chose qui peut gâcher une vie. La preuve aujourd'hui.

Et il n'avait même pas encore répondue à ma deuxième question. J'espérais que sa prochaine réponse serait un peu plus positive que cette dernière. Mais en réalité c'était tout le contraire. Lukas prit bien son temps avant de me répondre, je comprenais alors que j'allais encore avoir à faire à une triste histoire. ▬ La mère de Daniel fait bien partie de ses gens là... mais ne va pas croire qu'un jour je me suis épris d'un démon. Car cette femme est sans doutes l'une des pires que j'ai put rencontrer. S'il n'y avait pas Daniel, je n'hésiterais pas à te donner son nom et son adresse, pour tout ce qu'elle a put faire... et pour tout ce qu'elle m'a fait. Mais malgré tout elle reste la mère de Daniel, c'est horrible car elle s'en fout de lui mais je suis sûr qu'elle avait senti que j'étais bien stupide. C'est la seule mangemorte dont je connaisse le nom mais elle sait bien que j'aurais jamais le cran de la dénoncer. Je n'étais pas sûre de tout comprendre. ▬ Elle ... elle est la mère de Daniel et je ne veut pas que quand Daniel commencera à poser des questions dont le sens ne lui échappera pas , quand il me demandera qui est sa mère je doive lui répondre que je l'ai envoyé à la mort en la dénonçant... Je suis un égoïste et ça fait des mois que ça me trotte dans la tête. Je n'arrive pas à le faire... et pourtant c'est vraiment une femme cruelle... Crois-moi, Daniel n'est pas le fruit de l'amour très loin de là... Ce fut à mon tour de ravaler ma salive. Cette femme ne m'avait pas l'air d'être la plus gentille personne qui soit. D'où l'incompréhension qui se lisait sur mon visage.. pourquoi Daniel alors s'ils ne s'aimaient pas comme il venait de le dire ? En tout cas si lui ne semblait pas vouloir se résigner à la dénoncer je ne pouvais pas l'y obliger. Même si l'idée d'une mangemorte en liberté qui en plus avait fait du mal à Lukas ne m'enchantait pas tant que ça. Je supposais qu'il devait sûrement y avoir une histoire de représailles ou quelque chose dans ce genre.

▬ Si j'ai pas choisit d'avoir cette marque, j'ai encore moins choisit de créer Daniel... mais je suppose que tu le sais bien, on l'apprend tous à Poudlard ça, sous l'Imperium on ne peut rien refuser... C'est sûrement à ce moment là que mon cerveau fit tilt. Je n'eus pas d'autres choix que de fixer Daniel suite à cette phrase. Je regardais l'enfant jouer tranquillement en l'enviant presque. Lui ne connaissait pour l'instant rien de son histoire, il semblait heureux en tout point. J'avais de nouveau fait face au père de l'enfant, essayant d'avoir un air rassurant quelque chose qui lui montrerai que je n'avais pas l'intention de le juger maintenant que je savais tout. Mais je n'arrivais à rien. Si je m'attendais à une telle histoire.. Je pensais juste que Lukas était un gars normal, avec une vie ordinaire, loin de toutes ces sombres révélations. La dernière m'assomma sur place. Mon coeur loupa même un battement et il me fallut me répéter plusieurs fois la phrase dans ma tête pour être sûre que c'était bien ce qu'il avait dit. Cette fois-ci j'avais plutôt intérêt à faire preuve de tact. Pendant plusieurs minutes nous étions restés là, en silence. Il avait finit de parler, mais moi j'étais toujours en train d'analyser ce qu'il venait de me dire. ▬ Je n'avais pas à te poser toutes ces questions.. C'était très incorrect de ma part. C'était comme si j'avais oublié tout ce qui s'était passé tout à l'heure. Je ne voyais de toute manière plus aucune raison qui l'obligeait à inventer tout ça. C'était clair pour moi que tout était vrai. Il suffisait de voir le visage de Lukas, le silence qui s'était installé entre nous pour en être sûr. ▬ Mais tu devrais peut-être parler de cette femme à quelqu'un, ce serai mieux pour toi.. et pour Daniel. Imagine qu'elle ait envie un jour de le récupérer dans le but d'en faire un mangemort.. Et puis ce qu'elle t'a fait.. Je me mordais doucement la lèvre inférieure avant de continuer d'un air presque crispé. ▬ Je t'ai mal jugé Lukas, j'ai vu la marque sur ton bras et j'en ai conclus des choses trop vite. Je promenais mon regard à présent dans toute la pièce, hésitant à dire les mots que je m'apprêtais à dire. Je n'allais pas en mourir après tout.. ▬ Je suis désolée.
»

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t8872-jersey-when-you-see-my- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9330-calvin-jersey-archibald-memories http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10175-jersey-if-we-ever-meet-again
Lukas A. Jones
◊ Collectionneur de Chocogrenouilles ◊
avatar

Masculin Messages : 50
Date d'inscription : 15/07/2011
Gallions : 1

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   Sam 30 Juil - 13:34

Le silence s'installa entre les deux sorciers. Lukas attendait patiemment la réaction de Jersey, il se perdit une seconde dans ses pensées à se demander comment lui-même aurait réagit en apprenant ça... aucune réaction sûre ne lui vint à l'esprit... Peu-être aurait-il crut a un énorme canular et aurait eu du mal à croire à tout cela...

« Je n'avais pas à te poser toutes ces questions.. C'était très incorrect de ma part. »

Lukas leva un oeil intrigué vers son amie. Que voulait-elle dire? Etait-elle entrain de s'excuser d'avoir voulut faire son travail? Lukas secoua la tête, désapprouvant et même refusant les excuses de Jersey.

« Ne dis pas de bétises... Tu as fait ton travail, tu n'as rien à te reprocher... Et si nous voulons avoir une chance de continuer a faire les mêmes petits boulots ensemble dans la bonne humeur, une explication s'imposait. Tu sais, je ne suis pas à plaindre.»

Lukas fit alors un sourire à Jersey comme pour lui prouver que tout allait bien pour lui et qu'elle n'avait pas à s'en faire. Le sourire du jeune homme était sincère. Il n'aimait pas se lamenter sur son sort et acceptait plus ou moins bien ce qui lui était arrivé par le passé.

« Mais tu devrais peut-être parler de cette femme à quelqu'un, ce serai mieux pour toi.. et pour Daniel. Imagine qu'elle ait envie un jour de le récupérer dans le but d'en faire un mangemort.. Et puis ce qu'elle t'a fait... »

Lukas réffléchit un instant, Jersey avait sans doutes raison, il n'avait de plus jamais envisagé qu'elle puisse venir chercher son fils... cette éventualité ne lui avait jamais effleuré l'esprit mais il était juste que, maintenant, avec cette information prise en compte, Lukas savait que le mieux qu'il pouvait faire était dénoncer cette personne...


« Je t'ai mal jugé Lukas, j'ai vu la marque sur ton bras et j'en ai conclus des choses trop vite.
- Tu as fait ton travail. Tu as bien fait même... imagine j'aurais été un cruel mangemort sans pitié qui empoisonne chaque jour les bières au beurre qu'on sert au chaudron baveur, comment t'aurais put deviner si j'étais un empoisonneur ou une erreur de sélection. »



Lukas rit discrètement en s'imaginant empoisonner leur patron dès que celui-ci lui faisait la moindre remarque.

«Je suis désolée. »

Le regard de Lukas redevint sérieux. Il sourit à Jersey.

« Je le suis aussi. J'aurais dut t'en parler plus tôt. »

Lukas prit ensuite une profonde inspiration. Il prit un bout de parchemin qui trainait sur la table et attrapa la plume la plus proche. Il griffonna quelques mots, replia le bout de parchemin et le tendit à Jersey.

« Son nom et son prénom. J'espère que ça te suffira pour la retrouver... N'y va pas seule elle est assez dangereuse dans le genre. »

C'était presque sans réfléchir que Lukas avait fait ça. Il ne voulait pas avoir le temps de se questionner sur le bon sens de son geste. Il ne voulait pas commencer à s'interroger sur l'impact que ça aurait sur son fils. Il lui semblait, dans l'instant présent que c'était préférable
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10347-lukas-a-jones-nowhere- http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10403-lukas-a-jones-nowhere-boy
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I still got so many unsaid things that I wanna say [Jersey H. Sullivan]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϞϞ RPG : Le Monde Magique de Harry Potter ϞϞ :: ϞϞ Le Chemin de Traverse ϞϞ :: Le Chaudron Baveur-
Sauter vers: